Quand le menton est fuyant

Si le miroir ne nous renvoie pas l'image désirée, c’est peut-être la faute à un détail, insignifiant en apparence. Car l'harmonie de nos traits n'est pas seulement déterminée par le nez, les yeux ou la bouche ; notre apparence est largement conditionnée par une zone moins éminente : le menton.
ALP-AGNA-240006

Si le miroir ne nous renvoie pas l’image désirée, c’est peut-être la faute à un détail, insignifiant en apparence. Car l’harmonie de nos traits n’est pas seulement déterminée par le nez, les yeux ou la bouche ; notre apparence est largement conditionnée par une zone moins éminente : le menton. Le bas du visage peut en effet présenter une grande variété de formes : rond, proéminent, saillant… mais aussi fuyant. On parle d’un menton fuyant lorsqu’il est à la fois peu prononcé et fortement en retrait. Il se situe alors derrière la ligne imaginaire qui, idéalement, va du point le plus avancé du front jusqu’au menton. Ce type de menton présente l’inconvénient de rendre les contours du visage moins nets, de rendre le nez proéminent et de faire saillir la bouche. En général, le menton fuyant est d’origine héréditaire – comme la disposition des différentes parties du visage – et il est dû soit à une mâchoire légèrement décalée en arrière, soit à une supraclusion (lorsque les dents du haut recouvrent les dents du bas). Cependant, le menton fuyant peut également apparaître avec le vieillissement, en raison de la perte osseuse et tissulaire progressive liée à l’âge.

Un regard neuf sur le menton

Lady Gaga est probablement le plus célèbre exemple d’un menton fuyant. Mais si cette référence n’est pas suffisante pour faire la paix avec son apparence, voici quelques astuces simples pour dissimuler un menton fuyant. Pour accentuer visuellement la zone du menton, le plus simple est d’utiliser l’arme universelle de toute experte en beauté : le modelage. Il suffit d’appliquer un peu de highlighter au milieu du menton et d’utiliser une poudre d’une ou deux nuance(s) plus foncée(s) que sa carnation naturelle sur la zone située sous le menton. On utilise ensuite son fond de teint habituel sur le reste du visage. Cette technique donne au menton une profondeur et une définition plus nette. Quand on n’aime pas se maquiller, on peut opter pour la tactique inverse : détourner l’attention au lieu de l’attirer. Changer de coupe de cheveux est un changement plus durable, qui peut réellement nous mettre en valeur et ne part pas sous la douche ni au démaquillage. Une coupe au carré qui se termine environ 2,5 à 3,5 cm sous le menton est la plus flatteuse. En créant une ombre sous la ligne du menton, elle allonge et affine le cou. Une frange asymétrique peut aussi détourner l’attention du menton.

Un changement durable est possible

Le menton fuyant n’a pas que des répercussions esthétiques : s’il est très marqué, il peut aussi avoir des incidences sur la santé. Lorsque la mâchoire inférieure est trop petite et n’a pas suffisamment poussé vers l’avant, la langue, qui est naturellement reliée à la mâchoire inférieure, est trop reculée. Dormir sur le dos peut alors bloquer les voies respiratoires et provoquer des arrêts respiratoires, appelés des apnées du sommeil. Dans ce cas, une intervention médicale peut s’avérer utile. Si la forme du menton n’a pas d’impact sur la santé mais qu’un changement est tout de même souhaité, le recours à des injections d’acide hyaluronique est possible. Tout comme les cheveux repoussent et se renouvellent, cette substance produite naturellement par le corps s’élimine après un certain temps : il n’y a donc aucune limite à l’expérimentation. Et c’est une bonne chose, parce qu’au final, ce qui compte c’est d’être en harmonie avec soi et le bas de son visage.